Numéro 5 - Mars 2012
Web Science

ÉDITORIAL

Le mois de janvier 2012 a vu l'industrie mondiale du Web se soulever en bloc contre l'Administration et le Congrès américains suite à deux propositions de lois sur la lutte contre le piratage en ligne. Ces deux lois, connues sous le nom de SOPA, pour Stop Online Piracy Act et PIPA, pour Protect Intellectual Property Act, ont été réclamées par le lobby de l'industrie des contenus culturels, qui souhaite défendre leurs droits sur les propriétés intellectuelles des productions artistiques, mais également lutter contre la contrefaçon. Les utilisateurs du Web se sont également mobilisés en masse contre ces deux lois, qui selon eux, sont liberticides et instaurent une forme de censure sur le Web. Le 21 janvier 2012, les deux projets de lois ont été retirés par le sénateur Lamar Smith, qui les soutenait au Congrès.

Le dossier de ce mois présente les points de vue à la fois des entreprises soutenant SOPA/PIPA et des opposants à ces lois. Le débat tourne principalement autour des questions sur les droits d'auteur, leur respect sur le Web et les revendications des utilisateurs en ce qui concerne le partage informatique et la libre circulation des données sur le Web.

Addis Tesfa, chercheur à l'UIR Web Science

DOSSIER : SOPA / PIPA

Les entreprises médiatiques sont toujours à la recherche de nouvelles méthodes pour lutter contre le piratage de leurs contenus. Elles ont essayé à travers plusieurs lois de poursuivre les utilisateurs individuels, d'obliger les fournisseurs d'accès Internet à prendre des mesures contre les abonnés, et de demander la fermeture de domaines hébergés aux USA. Mais ces actions n'ont aucun effet sur les sites heébergés à l'étranger tels que The Pirate Bay ou MegaUpload.

Deux projets de loi présentés au congrès US, SOPA (Chambre) et PIPA (Sénat) visent les sites étrangers qui diffusent illégalement du contenu protégé par des droits d'auteurs. Ces lois sont généralement associées à la lutte contre le piratage, mais peuvent également s'appliquer aux biens de consommation contrefaits et aux médicaments.

Les deux projets de loi prévoient deux méthodes de lutte contre le piratage sur des sites étrangers. Dans un premier temps, le Département américain de la Justice pourrait demander des ordonnances judiciaires exigeant des prestataires de services web de bloquer les noms de domaine des sites incriminés. La seconde méthode permettrait aux propriétaires des droits d'auteur de demander des ordonnances judiciaires contre les entreprises qui ont des relations commerciales avec les sites pirates : publicité, paiement électronique, etc.

La réaction des acteurs de l'Internet ne s'est pas fait attendre : de nombreuses interventions contre ces lois ont été publiés par les pères fondateurs de l'Internet et du Web, par des juristes réputés et par de nombreux propriétaires de sites Web. Le 10 décembre, le site Wikipedia a été fermé pour protester contre les lois. Le 14 janvier 2012, une pétition est postée sur le site de la Maison Blanche par des conseillers de Obama, oposés à SOPA. Le 20 janvier, le projet est retiré suite à une audience au congrès où les supporters de SOPA/PIPA n'ont pu convaincre les députés des conséquences techniques et industrielles de ces lois.

Pourtant, le 21 janvier, le FBI va ordonner la fermeture du site Megaupload en saisissant son nom de domaine et en arrêtant son propriétaire, le sulfureux Kim "DotCom" Schmitz. Ce site représentait 500 millions de visiteurs uniques / jours et se plaçait au 13ème rang des sites les plus visités.

(Tous les dossiers sont mis à jour régulièrement sur : webscience.blogs.usj.edu.lb)

Les textes des propositions de loi SOPA et PIPA

Textes des propositions de lois tels que présentés devant la chambre des représentants au Congrès américain.


SOPA & PIPA: Just the facts
Une explication très concrète de ce que sont les lois SOPA et PIPA.

SOPA/ PIPA responding to critics and finding a path forward
Un article publié sur le site Information Technology and Innovation Foundation qui défend les lois et leur méconnaissance par ceux qui les critiquent.

The US Stop Online Piracy Act: A primer
Un article de PCWorld BusinessCenter qui explique le contenu et la portée de la loi SOPA.

SOPA : Tout le monde est concerné
Mark Lemley de l’Université Stanford, David S. Levine de l’Université d’Elon et David G. Post de l’Université de la Temple University publient dans la Stanford Law Review (en) un article intitulé « Don’t Break the Internet », traduit en français : « Sopa, tout le monde est concerné » (WP)

SOPA black ou aims to block internet censorship bill.
La mobilisation contre SOPA/PIPA résumée dans cet article du Huffington Post

Une nouvelle loi américaine sur la propriété intellectuelle braque le Web
Un article des Echos résume la situation.

If you thought SOPA was bad just wait until you meet ACTA
Le Anti-Counterfeiting Trade Agreement serait une version supranationale de SOPA. Bien plus extrême et dangereuse selon cet article du site Forbes.


ACTUALITÉS

Actualités de l'UIR Web Science - CEMAM

L'UIR Web Science a accueilli le bloggeur français Francis Pisani pour un séminaire avec ses chercheurs autour de l'innovation sur le Web dans l'autre monde.

3 nouveaus stagiaires ont été accueillis dans l'équipe de recherche : il s'agit de Ali Issa, Bechara Chemaly et Najwa Moawi, étudiants à la FLSH. Intéressé à un stage ? Voir ici !

Les chercheurs de l'UIRWS ont soumis deux abstracts à la conférence WebSci2012, qui aura lieu les 22, 23 et 24 juin à Evanston, Illinois.

L'UIRWS a lancé une page Facebook pour sensibiliser les étudiants de l'USJ à la nécessité de comprendre et d'apprendre le Web. Faites nous un Like!.

Dernières infos de la Web Science

La Web Science aura son propre "track" lors de la conférence WWW2012, qui se tiendra à Lyon, France.

Revue de presse - Articles recommandés

Février 2012 / Mars 2012

PROFIL

Pierre Omidyar, Fondateur d'E-BAY

La compagnie E-Bay est une des premières plateformes E-Commerce, dont le business model repose sur la logique des ventes aux enchères. Son fondateur est Pierre Omidyar, un franco-iranien, formé à Tufts et développeur chez Claris.

Pierre Omidyar
Fondateur de E-Bay
Photo : Joi / Wikipedia

L'histoire de E-Bay commence par une légende inventée de toutes pièces, pour créer un mythe du Web : La fiancée de Pierre Omidyar aurait décidé de se lancer dans l'échange de sa collection de machine à distribuer les friandises Pez. En fait, AuctionWeb, devenu E-Bay en 1995, est la plus grande plateforme d'échange de produits en ligne. L'échange et la vente se font grâce à un logiciel d'enchères. En 1998, E-Bay fait une entrée remarquée en bourse et les parts de Omidyar représentent plus de 3 milliards de dollars. En 2003, eBay s'ouvre au marché chinois et indien, ses ventes se multiplient et atteignent plus de 2 milliards de dollars. A ce jour, eBay a plus de 95 millions d'utilisateurs inscrits. 

En 2003, Pierre Omidyar a lancé un fond d'investissement "Omidyar Network" visant à aider le développement d'entreprises dans les pays pauvres, notamment via le microcrédit. Il contribue également à la promotion de la culture iranienne à travers des projets culturels et philantropiques.

 

A PROPOS DE LA NEWSLETTER

Rédaction :
Sofia El Amine
Addis Tesfa
Stéphane Bazan
Sabrine Saad
Christophe Varin

S'abonner / Se désabonner

Contact

uir.webscience@usj.edu.lb
webscience.blogs.usj.edu.lb
Twitter : @uirwebscience
Facebook